Redoubler la primaire

En septembre dernier, la « rentrée déclasse » avait fait quelques victimes. Il semble donc normal que cette année les bulletins soient mauvais et que les primaires redoublent.

Si on traverse l’Atlantique, on se rend compte que ce sont les bulletins de santé qui tombent. Et ils vont tous très bien. (*)

hillary_clinton_vs_donald_trump

(* offre soumise à conditions)

 

Là, c’est précisément le paragraphe de l’article dans lequel je suis censé évoquer la situation française.  D’un côté, il y aurait la « primaire ouverte de la droite et du centre » qui n’a d’ouverte que le nom et qui est plutôt à droite qu’au centre. De l’autre côté, il y aurait la primaire-de-la-gauche-mais-on-ne-sait-pas-encore-trop-comment-ça-va-se-passer, ou alors la primaire des gauches, ou encore les primaires d’un peu tous ceux qui veulent devenir Président à gauche mais qui, faute d’argent ou de soutiens, ne deviendront pas candidats, parce que, mine de rien, on est dans une démocratie ou il faut pas mal d’argent et de soutiens pour pouvoir soumettre ses idées – bonnes ou (très) mauvaises – au vote des citoyens. Vous voyez l’idée ?

Pour tout vous dire, je n’ai pas vraiment envie de me plonger plus profondément là-dedans.

Alors je vous propose autre chose. Je vais vous parler d’une vraie primaire. Pour être précis, il s’agit de la classe de CE2 de Mme Fontana. Les réformes de l’Education Nationale étant passées par là, il y a beaucoup d’élèves dans cette classe…

En voici quelques-uns : tout à droite, près du radiateur, on trouve les inséparables Marine et Florian. Ils considèrent qu’ils sont les élèves les plus attachés à leur classe, mais ils n’aiment pas leur institutrice, et voudraient la changer. A côté d’eux est assis Nicolas. Enfin non, il n’est pas assis. Il est debout. Depuis qu’il est parti dans son délire « debout la classe », plus personne n’arrive à le faire s’asseoir. Toujours dans la partie droite de la salle, on trouve le petit Nicolas, ancien délégué de classe, toujours en train de lire les aventures d’Astérix le Gaulois. Il est entouré par sa bande de « copains » : Alain, Nadine, Nathalie, Jean-François, François et Bruno pour ne citer qu’eux.

Tout au milieu de la classe, il y a François et Jean-Christophe. Il y avait aussi Robert, mais il vient d’être viré après avoir montré son zizi à la maîtresse :/

Un peu plus à gauche, un troisième François (ça devait être l’année des F). Celui-ci est l’actuel délégué. Il est entouré de ses amis Manuel, Ségolène, Jean-Marc, Jean-Yves, etc. Pour être honnête, depuis quelques temps, c’est plutôt Manu qui est devenu le chef de la bande. On peut noter que Jean-Yves n’est pas souvent en classe, car il est aussi inscrit au CNED, et beaucoup d’élèves lui reprochent ce cumul. Le petit Emmanuel était assis à côté d’eux, mais Lire la suite

Publicités

En vacances, en campagne

Après les élections départementales du mois de mars (Quand le faux-départ te ment), les régionales vont se dérouler en décembre 2015, comme un cadeau de Noël avant l’heure… Et je ne vous raconte pas le bazar ! … Allez, si, je vous raconte ! Suivez-moi !

Cette fois-ci, ce ne seront pas des binômes homme-femme qu’il faudra élire, mais des listes, qui comporteront autant d’hommes que de femmes. C’est super-tendance la parité homme-femme maintenant pendant les élections. Sur 100 conseillers départementaux élus en mars, 50 mecs, 50 nanas. Kif-kif (bourricots). Et sur 98 Présidents de Conseils Départementaux… 8 femmes élues. La parité, qu’ils disaient. Ça donne envie de continuer à leur faire confiance.

Des listes du coup pour les régionales, des nouvelles régions (sauf pour la Bretagne qui est toujours coupée en deux, bien sûr), et… un nombre de sièges impair dans certaines régions. Par exemple, il y aura 83 conseillers régionaux bretons (41 hommes, 41 femmes et 1 trans si on veut faire ça dans les règles de l’art). Ajoutez à cela un peu de proportionnel, la prise en compte des votes blancs, la montée du FN, des fusions possibles entre les listes, quelques histoires de sous, des candidats rattrapés par leurs problèmes judiciaires. Mélangez le tout et laissez mijoter à feu doux jusqu’à décembre : bienvenue en démocratie.

Pendant ce temps, aux Etats-Unis, les élections présidentielles de 2016 se préparent aussi. Hillary Clinton vient de se déclarer candidate à la succession de Barack Obama. Du coup, elle cherche des sous et son équipe a lancé une grande campagne de souscription. D’ailleurs, Hillary, si tu me lis, la première chose que je te souhaite quand tu auras récolté un peu d’argent, c’est de demander à une vraie agence de com de te faire un vrai logo de campagne…

Hillary-Logo-Video

C’est pas qu’il soit dégueulasse ton logo, Hillary, mais bon…

Et ça m’a donné une idée. Lire la suite