Le quinquennat Hollande en images

1825. C’est le nombre de jours qu’aura duré le quinquennat de François Hollande. 1825 jours à l’Elysée, du 15 mai 2012 au 14 mai 2017.

Ces cinq années ont été marquées par l’essor des chaînes d’information en continu et des réseaux sociaux. Un univers numérique dans lequel la moindre image, la moindre phrase, le moindre mot peuvent être partagés instantanément et prendre une dimension virale.

Plus que Nicolas Sarkozy avant lui, et sans doute moins que son successeur Emmanuel Macron, le Président Hollande est devenu un mème. De tours de gifs à coups de hashtags, le buzz n’est jamais loin à chaque sortie présidentielle…

Au-delà de toute considération politique sur le mandat écoulé, je vous propose un petit résumé du quinquennat Hollande à travers dix images qui ont marqué Internet. Drôles souvent, ridicules parfois, voici les photos qu’il ne fallait pas louper pendant ces cinq ans.

 

1. « Embrasse-moi sur la bouche, François ! » Merci pour ce moment, Valérie.

hollande-embrassemoi

 

2. « Regarde François, par là-bas y’a un super coiffeur ! » Bon, il faudra le payer 10.000 euros par mois. Mais ça reste raisonnable.

hollande-sarko-8-mai

Lire la suite

Les Oscours 2017

C’est devenu une tradition, à mi-chemin entre les Oscars et les au-secours, les Oscours récompensent les meilleures prestations politiques de l’année écoulée. C’est d’ailleurs le cas de le dire, l’année est coulée. Au moins autant que le Titanic. Sauf que cette fois-ci, la mise en scène n’était pas de James Cameron. Ni de son homonyme David, ex-Premier Ministre britannique, occupé à écoper pour ne pas que son Royaume-Désuni prenne l’eau après avoir dit non à l’Europe.

De la comédie burlesque à la tragédie, du film d’auteur au succès de la toile, il y aura des Oscours 2017 pour tous les goûts. Et tout ce que je peux vous dire pour l’instant, c’est que cette édition pré-présidentielle ne va pas vous décevoir… Je déclare donc ouverte la troisième cérémonie des Oscours.

 

Le meilleur film de guerre

Ça a bombardé dans tous les sens. Toute l’année. Et il y a eu des morts. Avant même que Donald soit élu Président des Etats-Unis, je lui avais décerné à titre préventif l’Oscour 2016 du meilleur blockbuster américain. En novembre dernier, il a littéralement dégommé sa concurrente Hillary. C’était la première d’une longue série.

L’adaptation française de « House of Cards » a aussi fait énormément de victimes, à commencer par Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, qui avaient respectivement remporté l’Oscour 2015 du meilleur retour au premier rang et l’Oscour 2016 du meilleur espoir masculin. Une preuve de plus que je suis quelqu’un de visionnaire… Dommages collatéraux chez Jean-François « zéro-virgule-trois-pourcent » Copé et Jean-Frédéric Poisson également. Mais dans ce cas, c’était une mort beaucoup moins spectaculaire. Dans le show-biz, on appelle ça une « Marion-Cotillard ».

Dans un bon film de guerre, il y a des victimes dans tous les camps. On peut en déduire que ce film-là était particulièrement bon. En témoignent les décès politiques de Manuel Valls et Arnaud Montebourg. Ces combats primaires ont aussi fait mourir la carrière politique de Cécile Duflot. Finalement, on ne va pas s’en plaindre.

 

La meilleure comédie musicale

Changement de registre. Après Duflot, voici du flow. L’Oscour de la comédie musicale est décerné au Président François Hollande pour son interprétation remarquable de « J’ai décidé de ne pas être candidat » remixée par Khaled Freak.

Ça vous reste dans la tête, hein ? Lire la suite

Couleurs primaires

« Alors les enfants, quelles sont les trois couleurs primaires ?

— Facile ! Ce sont le bleu, le rose et le vert !

— Et oui ! Bien joué, les enfants ! »

Scène de vie tout à fait classique dans la classe de CE2 de Mme Fontana que nous avions déjà rencontré dans « Redoubler la primaire ». Vous connaissez maintenant plusieurs élèves de cette classe (Nicolas, les François, Marine et les autres…) et vous n’êtes pas sans savoir que l’élection du délégué de classe approche à grands pas. Depuis notre dernière rencontre avec les élèves, deux pré-élections ont eu lieu dans des groupes de copains de la droite, du centre et de la gauche de la salle de cours.

Mais revenons d’abord un instant sur ces trois couleurs primaires :

Le vert : ça peut paraître assez surprenant comme ça, mais c’est une couleur primaire. Un groupe de copains de notre classe de CE2 représentait cette couleur. Mais cette année, ce n’était pas du Joly ! (Admirez au passage la qualité de ce jeu de mots) Ils se présentaient au nombre impressionnant de deux. Et c’est Yannick qui a gagné. On ne sait pas trop comment à vrai dire puisque personne ne le connaissait dans la classe. Personne : en haut, en bas, à gauche, à droite, personne ne connaissait Yannick.

Image rare de Yannick Jadot, représentant des Verts.

Image rare de Yannick Jadot, représentant des Verts.

Le rose : une couleur primaire avec beaucoup de nuances cette année. On y reviendra un peu plus tard, je vous le promets.

Le bleu : s’il y a bien une couleur qui a étonné tout le monde dernièrement, c’est celle-ci ! « Depuis quand le bleu est une couleur primaire ? Rien ne va plus… » A plusieurs endroits de la classe, nombreux étaient ceux qui pensaient qu’Alain était celui qui allait représenter les élèves de la droite et du centre de la classe à l’élection du délégué. Et d’ailleurs, personne n’imaginait non plus que c’était le cancre Donald qui serait devenu délégué de la classe voisine (la fameuse classe de l’oncle Sam). Personne, surtout pas le journal de l’école qui avait fait campagne pour que ce soit sa concurrente qui soit élue, concurrente qui était elle-même la petite copine d’un garçon qui avait été élu délégué il y a quelques années, enfin bref, c’est compliqué.

Il y a donc eu pas mal de bleus Lire la suite

Redoubler la primaire

En septembre dernier, la « rentrée déclasse » avait fait quelques victimes. Il semble donc normal que cette année les bulletins soient mauvais et que les primaires redoublent.

Si on traverse l’Atlantique, on se rend compte que ce sont les bulletins de santé qui tombent. Et ils vont tous très bien. (*)

hillary_clinton_vs_donald_trump

(* offre soumise à conditions)

 

Là, c’est précisément le paragraphe de l’article dans lequel je suis censé évoquer la situation française.  D’un côté, il y aurait la « primaire ouverte de la droite et du centre » qui n’a d’ouverte que le nom et qui est plutôt à droite qu’au centre. De l’autre côté, il y aurait la primaire-de-la-gauche-mais-on-ne-sait-pas-encore-trop-comment-ça-va-se-passer, ou alors la primaire des gauches, ou encore les primaires d’un peu tous ceux qui veulent devenir Président à gauche mais qui, faute d’argent ou de soutiens, ne deviendront pas candidats, parce que, mine de rien, on est dans une démocratie ou il faut pas mal d’argent et de soutiens pour pouvoir soumettre ses idées – bonnes ou (très) mauvaises – au vote des citoyens. Vous voyez l’idée ?

Pour tout vous dire, je n’ai pas vraiment envie de me plonger plus profondément là-dedans.

Alors je vous propose autre chose. Je vais vous parler d’une vraie primaire. Pour être précis, il s’agit de la classe de CE2 de Mme Fontana. Les réformes de l’Education Nationale étant passées par là, il y a beaucoup d’élèves dans cette classe…

En voici quelques-uns : tout à droite, près du radiateur, on trouve les inséparables Marine et Florian. Ils considèrent qu’ils sont les élèves les plus attachés à leur classe, mais ils n’aiment pas leur institutrice, et voudraient la changer. A côté d’eux est assis Nicolas. Enfin non, il n’est pas assis. Il est debout. Depuis qu’il est parti dans son délire « debout la classe », plus personne n’arrive à le faire s’asseoir. Toujours dans la partie droite de la salle, on trouve le petit Nicolas, ancien délégué de classe, toujours en train de lire les aventures d’Astérix le Gaulois. Il est entouré par sa bande de « copains » : Alain, Nadine, Nathalie, Jean-François, François et Bruno pour ne citer qu’eux.

Tout au milieu de la classe, il y a François et Jean-Christophe. Il y avait aussi Robert, mais il vient d’être viré après avoir montré son zizi à la maîtresse :/

Un peu plus à gauche, un troisième François (ça devait être l’année des F). Celui-ci est l’actuel délégué. Il est entouré de ses amis Manuel, Ségolène, Jean-Marc, Jean-Yves, etc. Pour être honnête, depuis quelques temps, c’est plutôt Manu qui est devenu le chef de la bande. On peut noter que Jean-Yves n’est pas souvent en classe, car il est aussi inscrit au CNED, et beaucoup d’élèves lui reprochent ce cumul. Le petit Emmanuel était assis à côté d’eux, mais Lire la suite

Bon an, mal an

brest-bonne-annee-2016

« Bonne année ! » « Et surtout bonne santé, parce que c’est important la santé ! » 1er janvier 2016. Partout. Tout le monde. Les vœux tombent. Et c’est pas fini, parce que la tradition veut qu’on en ait le droit jusqu’à la fin du mois. En ce qui me concerne, à l’instant où vous lisez ces lignes, ces vœux ont déjà été écrits il y a plusieurs heures (voire plusieurs jours, ça dépend surtout de vous, en fait…) Au moment où ces vœux sont publiés sur mon site, je dois être quelque part (je ne sais où), en mode « réveillon » ou en mode « pas-réveillé »… Ô joie des publications WordPress automatisés ! Ô tristesse de ce monde réglé, sans spontanéité !

Manque de spontanéité, car je ne suis pas voyant (peut-être quand même extra-lucide), mais je peux vous donner le contenu des meilleurs vœux de nos chers politiques sans les avoir vus ! Chez nos amis Mélenchon, Hollande, Sarko, Le Pen (quarté dans le désordre) Bayrou (pour avoir le quinté) Valls et Juppé (en cas de non-partant)… J’aurais pu citer un écolo aussi, mais un 1er janvier au petit matin, en reste-t-il seulement, un dernier vert ? Flûte ! (haha !) Bref, tous nos amis nous souhaiteront surement « une belle année 2016, qui sera importante pour nous tous… » (Oui, comme tous les ans…) Et surtout… « Surtout une belle année 2016 qui sera la dernière ligne droite avant les enjeux majeurs de 2017 ! » Ça y est ! C’est balancé ! 2016 débute à peine, et je suis prêt à parier que nombreux sont ceux qui se voient déjà en 2017.

L’année passée aura connu une atmosphère assez particulière. Montée du terrorisme, adhésion massive aux idées des extrémismes, et pour clôturer le tout, un nouveau débat sur la déchéance de nationalité… Les terroristes français seraient « favorisés » par rapport aux terroristes binationaux ? Un terroriste n’est-il pas un monstre ? Et un monstre a-t-il besoin de revendiquer une nationalité ? Beaucoup de questions se posent et le malaise se ressent chez les personnes ayant la double nationalité, ainsi qu’à l’étranger (Ave Italia !)…

Beaucoup de questions…

Énormément de questions sans réponse, en 2015 ! Jusqu’où peut-on caricaturer sans danger ? Est-ce que Jon Snow reviendra ? La crêpe de blé noir de Basse-Bretagne est-elle meilleure que la galette de Haute-Bretagne ? (Ici, la réponse est clairement oui.) Où est Charlie ? Doit-on dire « pain au chocolat » ou « chocolatine » ? Doit-on écrire « autant pour moi » ou « au temps pour moi » ? Un mi-grand est-il plus petit qu’un autochtone ? Lire la suite

Les Oscours 2015

Dans quelques jours auront lieu les Oscars, à Hollywood. En attendant, je vous propose, à Brest-même, une autre cérémonie qui récompense aussi des comédiens assez doués dans leur genre… Les grands films sont récompensés tous les ans, il fallait bien fêter aussi les politiques et leur petit cinéma de l’année passée. Seront absents ce soir : Manuel Valls (alité avec 49,3 de fièvre), Patrick Balkany (toujours en train de fêter la Galette des Rois), et Jean-François Copé (« profondément choqué » par cette affaire). Je condamne donc « avec la plus grande fermeté » ceux qui ne sont pas là, et je déclare ouverte cette cérémonie des Oscours 2015 :

Le meilleur recyclage

Pour son arrivée tonitruante au Ministère de l’Ecologie en avril 2014, c’est Ségolène Royal qui remporte la première palme de la soirée. (Alors, si vous lisez cet article dans la journée, ça passe quand même.) Celle qui a gravi la Grande Muraille (bonne année aux Chinois !), et qui est donc maintenant pleine de « bravitude », a trouvé ici un bon moyen de se rapprocher du pouvoir présidentiel français. Attention, pas d’amalgames : il n’y a aucun rapport entre le fait que les Chinois soient passés dans l’année de la chèvre, et le fait de récompenser Ségolène. C’est simplement une heureuse coïncidence.

ségolèneRoyal

Le meilleur justicier

On passe tout de suite à la seconde récompense avant que je m’égare. Dans la catégorie des super-héros humains pouvant prendre une apparence animale, on connait pas mal de monde. Un nouveau justicier a fait sensation depuis un an, ou une nouvelle « justicière » puisqu’il s’agit de la ministre de la Justice en personne. Taubira, cette femme qui poursuit en justice tous ceux qui oseront la représenter sous les traits d’un singe. Et en même temps, elle va expliquer aux musulmans que les dessinateurs de Charlie Hebdo ont le droit de caricaturer Mahommet comme ils le souhaitent, sans jamais être inquiétés. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais. » C’est ça, la justice française !

charb-taubira Lire la suite

2014 dans le rétro

L’année 2014 se termine. En décembre, on trouve un peu partout toutes sortes de rétrospectives, bêtisiers et autres best-of. C’est un peu cela que je vous propose ici. A travers une douzaine de tweets, vous allez revivre l’année passée, telle que je l’ai vue. Prêts ? Vous n’avez plus qu’à vous laisser guider…

On commence par les faits d’hivers. Les J.O. en terres russes, à la gloire de Vladimir Putin (orthographe anglo-saxonne, prononcez-le comme vous voulez). Et les balais canadiens qui font de l’ombre aux ballets russes.

 

Après un hiver terrible, le printemps et ses élections municipales. Le FN bourgeonne et on parle de « déculottée historique » pour le Président scootériste.

On remet les pendules à l’heure : que Ayrault s’en aille, et que Valls devienne.

 

En Bretagne, rien ne va plus. Les Bonnets Rouges font la loi. Ils sont partout, on en trouve même au Brésil…

Lire la suite

Ces clowns qui font peur

Les clowns d’Halloween

L’actualité de ce mois d’octobre 2014 aura principalement été marquée par les clowns… Ces personnages de cirque, hauts en couleurs et censés nous faire rire, sont devenus la frayeur de beaucoup d’enfants. Ce phénomène a notamment été amplifié par la multiplication de vidéos de mauvaises farces sur les réseaux sociaux.

clowns

 

Le cirque politique

Les politiques français ne sont pas en reste quand il s’agit de clowneries. Annoncée il y a quelques jours, une émission de téléréalité fera bientôt son apparition sur la chaîne D8. Elle mettra en scène des politiques déguisés (avec perruques et autres nez postiches) qui vont tenter de se fondre dans la masse des citoyens pour mieux « voir la réalité des choses ». Se grimer pour rencontrer les gens. Devenir faux pour se rendre compte du vrai. Pathétique.

clown-hollandeclown-collectifclown-sarko

Les clowns sont partout dans le petit monde de la politique. On les trouve d’une extrême à l’autre, de droite à gauche. Ils se balancent des tartes à la figure, se jouent des tours (du plus mauvais goût, en général). Et cette mode n’est pas nouvelle. Il y a un an déjà, en Bretagne les bonnets rouges grondaient, pendant qu’à Paris les beaux nez rouges tremblaient.

Ecotaxe : victoire des bonnets rouges face aux beaux nez rouges

Ecotaxe : victoire des bonnets rouges face aux beaux nez rouges

Tout fout l’camp : les clowns font peur, les politiques font rire…

Affaire(s) à suivre.

MF

Tête de champion

Hollande-bienvenue-a-bord

Aux Etats-Unis, le Président qui a la classe s’appelle Barack Obama. En France, il s’appelle François Hollande, mais il a un peu moins la classe… Décryptage en quelques photos.

hollande-obama-lunettes

De chaque côté, des lunettes noires, le bras tendu… mais deux styles opposés

hollande-obama

A la plage, le physique ravageur côté américain, le physique ravagé côté français.

Lire la suite