La fille de Brest

Élue Bretonne de l’année en décembre 2010 et en décembre 2016, le Docteur Irène Frachon est sans conteste une figure importante de la cité du Ponant. La fille de Brest a inspiré les cinéastes, et elle a été incarnée sur le grand écran cette année par l’actrice danoise Sidse Babett Knudsen dans un thriller médical réalisé par Emmanuelle Bercot.

irene-frachon-la-fille-de-brest

Adaptation du livre « Mediator : combien de morts ? » et biographie de la pneumologue brestoise, le film « La fille de Brest » nous plonge dans un univers absolument passionnant. On y découvre le combat mené contre un géant de l’industrie pharmaceutique (les laboratoires Servier) avec ses moments de doutes, de pressions, de questionnements. Mais, plus que ce combat, on y découvre aussi le quotidien des médecins et surtout des malades confrontés aux terribles effets du Mediator. La maladie, la souffrance, et la mort. Sans filtre. Terriblement poignant de réalisme.

Porté à l’écran par de très bons acteurs, avec en tête de file Sidse Babett Knudsen qui donne à Irène Frachon des origines scandinaves qui s’accordent superbement avec le fort caractère d’une « bretonne de cœur. » Mention spéciale à Gustave Kervern qui incarne un remarquable Charles Kermarec (le patron de la librairie Dialogues, éditeur du livre de la pneumologue).

L’observateur avisé notera toutefois la présence du tram dans les rues de Brest dans des scènes se déroulant en 2009-2010, ainsi qu’un arrière-plan montrant les ateliers des Capucins éventrés par les travaux du téléphérique – dont l’idée n’avait pas encore été évoquée à cette époque. Mis à part ces petits anachronismes, le pays Brestois est l’un des acteurs indispensables de ce film. Toujours présent, sans être étouffant ni trop en retrait, il apporte une atmosphère, une ambiance que d’autres lieux n’auraient sans doute jamais retranscrit.

Un film Lire la suite

Publicités

2015 dans le rétro (partie 1)

Il y a un an, nous avions fait le tour de 2014 ici-même. Je vous avais offert une traversée de l’année telle que je l’avais vue, à partir d’une sélection de tweets. Je vous propose donc maintenant de vous replonger tout au long de l’actualité de cette année 2015. La première partie concerne les six premiers mois de l’année. Un retour chronologique sur le premier semestre 2015, tel que je l’ai vécu, en passant par tous les états ! Vous êtes prêts ? Alors, suivez-moi !

L’année a commencé de la pire des manières. Une terrible série d’attentats a bouleversé la France, et le monde…

Des hommes et des femmes ont perdu la vie de la façon la plus injuste qui soit. Mais après le deuil, les humains se sont relevés face au barbares. Des rassemblements se sont organisés spontanément un peu partout pour défendre la liberté d’expression. On l’appellera « l’esprit du 11-janvier »…

La vie a repris son cours, avec l’envie encore plus forte de rire de tout (et surtout de nos chers politiques) : inversion de la courbe de popularité de Hollande contrairement à la courbe du chômage, galette des rois à Levallois-Perret chez les Balkany, etc.

Le sport nous a fait vibrer. Lire la suite

Coups de cœur 2015

Ça pourrait devenir une habitude : en fin d’année, je partage mes coups de cœur des douze derniers mois. En 2014, je vous avais embarqué du Québec à la Jamaïque pour vous faire découvrir les films et musiques qui avaient rythmé mon année. Restons donc dans la Cité du Ponant aujourd’hui : il y a tant de choses à y découvrir ! Nos cinéastes locaux, nos éditorialistes youtubeurs ou encore nos chanteurs à succès n’ont pas manqué de donner un peu de couleurs à ces temps marqués par des événements tragiques. La culture, la joie, la musique et les découvertes nous ont permis, en 2015 plus que jamais, à Brest comme ailleurs, de nous évader !

Les voiles de l'Hermione sur le ciel bleu de Brest, soirée du 16 août 2015

Les voiles de l’Hermione sur le ciel bleu de Brest, soirée du 16 août 2015.

 

Le roman.

Un peu de lecture pour commencer, avec « Baraque O’Mama ». Il n’est pas sorti en 2015, mais ce n’est que cette année que j’ai eu l’occasion de la découvrir. Et ce roman policier (car il s’agit d’un roman policier) (sinon je ne l’aurais pas mentionné) (enfin bref) nous plonge directement dans le Brest des années 1970. Et c’est justement ça qui est cool ! Parce que le Brest de la Seconde Guerre Mondiale, on connait déjà presque par cœur… Mais si, rappelle-toi (Barbara), il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là ! C’était plus vieux. Et puis le Brest d’aujourd’hui, on le connait bien aussi. D’où mon intérêt particulier pour ce Brest des années 70, que je n’ai pas connu.

On voyage dans le temps, de chapitre en chapitre, un coup dans le présent à chercher les indices du passé, et un coup dans cette époque révolue. « Brest la Rouge » là où le communisme, pendant ses grandes heures, et catholicisme traditionnel breton cohabitaient au milieu d’une ville totalement reconstruite. Totalement ? Non, pas tout à fait. Dans certains quartiers, au début des années 1970, on vivait toujours dans les baraques, ces constructions « provisoires » qui avaient relogé des milliers de Brestois au lendemain de la guerre. « C’était pas le paradis, mais c’était pas la misère non plus… » Des baraques du Bouguen aux Ateliers des Capucins, le commissaire Cabioch se replonge dans sa toute première enquête brestoise.

Mais toute cette histoire appartient au passé. Et comme dirait Ernest Renan, « le passé n’est qu’un préambule. » Quittons donc le passé, sortons du préambule, et revenons à l’ère du web… Lire la suite

Moviezen, un club en or

L’ISEN Brest a fêté ses 20 ans en octobre dernier. L’une des particularités de cette école d’ingénieurs est la réalisation de courts-métrages par les étudiants en classes prépa (lire ici). Le club cinéma de l’école, plus en forme que jamais, vient de remporter le titre de meilleur club de l’ISEN pour la seconde année consécutive. Et pour la première fois, Moviezen se retrouve face à Fonzatti pour un entretien exclusif. Moteur… Action !

Moviezen-Brest

Mattéo – Pour commencer, Moviezen, présente-toi en quelques mots.

Moviezen – Nous sommes une équipe de passionnés de cinéma. L’association Moviezen est composée chaque année d’une quinzaine de membres ayant chacun une spécialité : la réalisation, la communication, la 3D, les effets spéciaux, le tournage ou le montage de vidéos. En plus d’aider les étudiants de première et deuxième années à réaliser leurs films, nous réalisons aussi les « afters-movies » des soirées iseniennes et nous organisons plusieurs sorties ciné.

Mattéo – Faire partie d’un club à l’ISEN, c’est un engagement d’au moins un an, voire deux… et parfois plus ! Quels sont les enseignements qu’on peut en tirer ?

Moviezen – Comme dans tous les autres clubs, je suppose : l’organisation, le travail en équipe, la créativité, la communication. En termes plus techniques, nous avons tous appris ou aidé à apprendre le montage vidéo dans ses grandes lignes mais aussi l’écriture de scénario et le maniement de quelques effets spéciaux.

Mattéo – Retour quelques semaines en arrière Lire la suite

Le retour des dinos

Il y a les 10 doigts de la main, les 10 Commandements… et les 10 nosaures.

Non, oubliez ça tout de suite. C’était très mauvais. (Pour une fois…) Ce dont je veux vous parler est bien meilleur !

 

Les Brestiraptors.

Ceci n’est pas un retour. Mais il y a de quoi être satisfait quand Matmatah annonce la sortie d’un morceau inédit. « Triceratops ». Un titre dinosauresque pour le célèbre groupe brestois qui annonce l’arrivée d’un best-of  jurassique « Antaology ».

« On a crevé la dalle
Avant de s’envelopper
De chaleur animale
A l’aube, à l’aube du crétacé. »

Et nous, on crevait la dalle de ne plus les entendre. Les interprètes du « Lambe An Dro », de « L’Apologie » et de « La Cerise » s’étaient séparés en 2007 pour ne pas tomber dans la routine certes, mais en nous laissant sur notre faim. Tristan Nihouarn (Stan) avait poursuivi son chemin en solo avec « Meredith » notamment. Et après avoir fait bande à part pendant ces quelques années, Matmatah sort de son sommeil pour fêter ses vingt ans. Et quel réveil, mes amis ! On n’a plus envie d’y croire, à cette théorie de l’extinction des dinosaures ! « Ecoute-donc voir par-là ! » si ce n’est pas déjà fait :

Le style est toujours le même, reconnaissable entre tous. Des influences celtiques, des sonorités rock, un rythme frénétique. On en redemande. D’autres inédits seront justement au programme du double album qui arrive à la rentrée. Les meilleurs morceaux, des nouveautés, des sons beaucoup plus rares : il n’y aura que l’embarras du choix. Avec une reformation du groupe et une tournée à la clé ? Lire la suite

Les Oscours 2015

Dans quelques jours auront lieu les Oscars, à Hollywood. En attendant, je vous propose, à Brest-même, une autre cérémonie qui récompense aussi des comédiens assez doués dans leur genre… Les grands films sont récompensés tous les ans, il fallait bien fêter aussi les politiques et leur petit cinéma de l’année passée. Seront absents ce soir : Manuel Valls (alité avec 49,3 de fièvre), Patrick Balkany (toujours en train de fêter la Galette des Rois), et Jean-François Copé (« profondément choqué » par cette affaire). Je condamne donc « avec la plus grande fermeté » ceux qui ne sont pas là, et je déclare ouverte cette cérémonie des Oscours 2015 :

Le meilleur recyclage

Pour son arrivée tonitruante au Ministère de l’Ecologie en avril 2014, c’est Ségolène Royal qui remporte la première palme de la soirée. (Alors, si vous lisez cet article dans la journée, ça passe quand même.) Celle qui a gravi la Grande Muraille (bonne année aux Chinois !), et qui est donc maintenant pleine de « bravitude », a trouvé ici un bon moyen de se rapprocher du pouvoir présidentiel français. Attention, pas d’amalgames : il n’y a aucun rapport entre le fait que les Chinois soient passés dans l’année de la chèvre, et le fait de récompenser Ségolène. C’est simplement une heureuse coïncidence.

ségolèneRoyal

Le meilleur justicier

On passe tout de suite à la seconde récompense avant que je m’égare. Dans la catégorie des super-héros humains pouvant prendre une apparence animale, on connait pas mal de monde. Un nouveau justicier a fait sensation depuis un an, ou une nouvelle « justicière » puisqu’il s’agit de la ministre de la Justice en personne. Taubira, cette femme qui poursuit en justice tous ceux qui oseront la représenter sous les traits d’un singe. Et en même temps, elle va expliquer aux musulmans que les dessinateurs de Charlie Hebdo ont le droit de caricaturer Mahommet comme ils le souhaitent, sans jamais être inquiétés. « Faites ce que je dis, pas ce que je fais. » C’est ça, la justice française !

charb-taubira Lire la suite

Mes coups de cœur 2014

La fin de l’année approche. L’occasion pour moi de (re)partager avec vous mes coups de cœur… Je n’ai gardé que le meilleur, mais je n’appellerai pas ça un « Brest of » (le jeu de mot ayant déjà été fait par plusieurs personnes avant moi…)  Entre découvertes et confirmations, du cinéma à la musique, voilà ce que je retiendrai de 2014 :

 

La web-série du moment

« Et cætero » késako ? Une web-série brestoise dont la première saison est apparue cette année, semaine après semaine. Depuis le début du mois d’octobre, les internautes découvrent un morceau de l’intrigue chaque samedi, et sont ensuite invités à écrire la suite. Brest en toile de fond, ambiance musicale efficace (avec notamment la participation de Robin Foster). Si vous ne connaissez pas déjà, je vous invite à aller par là…

Je souhaite bon vent aux réalisateurs Fabien Migliore et Simon Pensivy ainsi que toute leur équipe pour la suite… Et ils ne l’écriront pas eux-mêmes, la suite ! A nous de l’inventer.

 

Mon film de l’année

Aller voir un film en québécois ? ça va pas bien ou quoâ ? Déjà que j’ai mis plus de 10 ans à comprendre le brestois…

Et pourtant… Lorsque je suis allé voir Mommy (pas celle d’Yvon Etienne) c’était sans grande conviction. Mais très vite, l’histoire a pris le dessus. Une histoire touchante, bouleversante. (On en deviendrait presque fan de Céline Dion, tarbarnak’ !) C’est donc mon coup de cœur ciné de 2014.

Mais comme ce n’est pas mon job d’être critique de cinéma, allez donc voir ce qu’ils en pensent du côté de TheBrestOf. Lire la suite