Marre de la campagne ? Parlons de la campagne !

Alors que la campagne présidentielle 2017 fait rage, je vous propose de prendre un peu de recul et d’aller se promener à la campagne.

Les élections législatives auront lieu au mois de juin et, à certains endroits, on aura le droit à des confrontations très disputées. C’est notamment le cas dans la sixième circonscription du Finistère, qui regroupe entre autres les communes de Crozon, Châteaulin, Plougastel, Carhaix et l’Île d’Ouessant.

29-circonscription-6

Si j’ai choisi de vous parler de cette circonscription en particulier, c’est parce que sa situation actuelle est tout à fait cocasse. « Candidats stars », outsiders populaires, petits candidats inconnus au bataillon, indécisions par rapport à certaines investitures : cette élection promet déjà d’avoir un petit air de présidentielle, mais au niveau local.

 

Le candidat sortant.

Battu en 2007 face à Christian Ménard, et élu en 2012 sous l’étiquette socialiste face à Dominique Cap, il a siégé à la Commission des Affaires sociales pendant son mandat de député. Lire la suite

Publicités

Une journée télé féérique

Brest, samedi 19 novembre 2016.

Projet très attendu pour certains, très décrié pour d’autres : le téléphérique brestois ne laisse pas indifférent, et c’est durant cette journée d’automne qu’il a officiellement été inauguré.

Imaginé sérieusement à partir de 2011, le téléphérique a été envisagé dès 2003 par les Goristes, chansonniers visionnaires de la Cité du Ponant, dans leur hymne au tramway (ouais, ouais, ouais !) :

« Pourquoi pas un téléphérique *rik rik* de la route de Paris à celle du Conquet,
avec plein d’ascenseurs hydrauliques comme stations pour les passagers,
boulevard Jean Moulin, des tire-fesses, et dans la Penfeld des ferry-boats […] »

« Le tramway » , Les Goristes, 2003.

C’est finalement entre Jean Moulin et les Capucins que les cabines vont survoler la Penfeld, mais l’idée était déjà bien là.

 

H moins quelques heurts

Des skieurs étaient attendus de bon matin aux abords de la télécabine. Ils y étaient. Bon pied, bon œil. Et pompiers bon œil, aussi. Quelques pompiers sont en effet venu manifester pour le maintien de leur restaurant professionnel. A proximité de l’une des stations, ils en ont profité pour créer une piste de ski urbaine. Du coup, le courant passait plutôt bien entre skieurs et manifestants.

Mais comme un mauvais effet boule de neige, le courant a sauté un peu avant 10 heures. Juste au moment où l’inauguration devait avoir lieu. La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, et le maire de la ville, François Cuillandre, ne se sont pas démonté pour autant et ont tenté de faire repartir la bécane de façon manuelle, à l’ancienne…

Sans effet, puisque le service est resté indisponible pendant Lire la suite

Coups de cœur 2015

Ça pourrait devenir une habitude : en fin d’année, je partage mes coups de cœur des douze derniers mois. En 2014, je vous avais embarqué du Québec à la Jamaïque pour vous faire découvrir les films et musiques qui avaient rythmé mon année. Restons donc dans la Cité du Ponant aujourd’hui : il y a tant de choses à y découvrir ! Nos cinéastes locaux, nos éditorialistes youtubeurs ou encore nos chanteurs à succès n’ont pas manqué de donner un peu de couleurs à ces temps marqués par des événements tragiques. La culture, la joie, la musique et les découvertes nous ont permis, en 2015 plus que jamais, à Brest comme ailleurs, de nous évader !

Les voiles de l'Hermione sur le ciel bleu de Brest, soirée du 16 août 2015

Les voiles de l’Hermione sur le ciel bleu de Brest, soirée du 16 août 2015.

 

Le roman.

Un peu de lecture pour commencer, avec « Baraque O’Mama ». Il n’est pas sorti en 2015, mais ce n’est que cette année que j’ai eu l’occasion de la découvrir. Et ce roman policier (car il s’agit d’un roman policier) (sinon je ne l’aurais pas mentionné) (enfin bref) nous plonge directement dans le Brest des années 1970. Et c’est justement ça qui est cool ! Parce que le Brest de la Seconde Guerre Mondiale, on connait déjà presque par cœur… Mais si, rappelle-toi (Barbara), il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là ! C’était plus vieux. Et puis le Brest d’aujourd’hui, on le connait bien aussi. D’où mon intérêt particulier pour ce Brest des années 70, que je n’ai pas connu.

On voyage dans le temps, de chapitre en chapitre, un coup dans le présent à chercher les indices du passé, et un coup dans cette époque révolue. « Brest la Rouge » là où le communisme, pendant ses grandes heures, et catholicisme traditionnel breton cohabitaient au milieu d’une ville totalement reconstruite. Totalement ? Non, pas tout à fait. Dans certains quartiers, au début des années 1970, on vivait toujours dans les baraques, ces constructions « provisoires » qui avaient relogé des milliers de Brestois au lendemain de la guerre. « C’était pas le paradis, mais c’était pas la misère non plus… » Des baraques du Bouguen aux Ateliers des Capucins, le commissaire Cabioch se replonge dans sa toute première enquête brestoise.

Mais toute cette histoire appartient au passé. Et comme dirait Ernest Renan, « le passé n’est qu’un préambule. » Quittons donc le passé, sortons du préambule, et revenons à l’ère du web… Lire la suite

La galette-saucisse au patrimoine mondial de l’UNESCO

Quelques années après l’entrée du fest-noz au patrimoine culturel immatériel, c’est au tour de la célèbre galette-saucisse de débarquer à l’UNESCO. 

Les élections régionales permettent de mettre les enjeux cruciaux de notre société sur la table. Un véritable « buzz régional » a été lancé récemment par Gilles Pennelle au sujet de la galette-saucisse. Selon le candidat FN aux régionales 2015 en Région Bretagne, il s’agit d’un « élément de l’identité bretonne, aujourd’hui menacé. » Les réactions n’ont pas tardé à fuser de toutes parts, dénonçant notamment le lourd passé normand du candidat.

Galette_saucisse_bretagne

Alors que la France est en période d’état d’urgence, Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense et accessoirement candidat à la Région Bretagne, a pris les mesures qui lui semblaient nécessaires. C’est lui qui a formulé la demande expresse au Conseil Exécutif de l’UNESCO, pour permettre au monde de reconnaître cet élément primordial de la gastronomie bretonne à sa juste valeur. « L’état d’urgence nous permet de prendre des décisions exceptionnelles. Nous sommes confrontés à un cas extrême où la galette-saucisse est directement menacée. Cette mesure était primordiale pour la sauver. » D’autre part, toujours au Gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, grande amatrice de cuisines locales, a déclaré que la galette-saucisse ferait progressivement son apparition dans certains manuels scolaires.

Interrogé par nos soins, Marc Le Fur pense qu’il s’agit avant tout d’une démarche électoraliste, mais il se dit « fier que la culture bretonne soit reconnue au fur et à mesure dans le monde, et que la galette-saucisse devienne au fur et à mesure un pilier historique de la Bretagne. » Son adversaire, Christian Troadec félicite « cette nouvelle victoire du lobby breton sur le plan international. » Il annonce par ailleurs qu’une usine de production de galettes-saucisses pourrait prochainement voir le jour à Carhaix. Interrogés, les responsables écologiques bretons, végans, n’ont pas souhaité s’exprimer sur ce sujet.

Toutefois, cette décision très rapide ne fait pas l’unanimité auprès de la population. Lire la suite

Le Brian candidat

C’est l’événement politico-médiatique de ce mois d’octobre 2015 en Bretagne. Le Ministre Jean-Yves Le Brian présente sa candidature aux élections régionales de décembre 2015, et il s’exprime en exclusivité chez Mattéo Fonzatti. Rencontre dans un petit bar brestois, entre une blonde et une brune. (Je parle de bières, bien sûr.)

lebrian-twitter

Créé cet été par deux jeunes Bretons, le compte Twitter parodique de l’homme politique se lance dans une campagne électorale pleine d’humour et de dérision. Toutes les réponses que vous avez toujours voulu connaître aux questions que vous n’avez jamais voulu poser (par manque de temps, ou d’envie, peu importe), et bien, c’est ici.

Mattéo – Bonsoir Jean-Yves.

Jean-Yves – Bonsoir Mattéo.

Note de la rédaction : OK, j’avoue… Ça, ce n’était pas vraiment une question. Mais c’est important de trouver les bons mots pour débuter correctement une interview. C’est une question de respect. Parlons-en, du respect : c’est un thème récurrent dans les tweets de JY…

Mattéo – Je vous laisse vous présenter aux lecteurs. Comment vous définiriez-vous, Jean-Yves ?

Jean-Yves – En plus d’être néophyte sur Twitter, j’aime l’humour et la Bretagne : je suis un amateur de Vannes, en quelque sorte. Et quand j’ai un peu de temps, je fais aussi de la politique. Actuellement, par exemple, je suis membre du Gouvernement et je vise la Présidence de la Bretagne.

Mattéo – Justement, par rapport au cumul des mandats…

Jean-Yves – Tututut ! Lire la suite

Tréfonds de couloir

Ils sont partout. Ils sont légion. Les cons ! Ils nous entourent. Ils nous cons cernent, en quelque sorte. Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, on sera toujours confronté à des cons plus ou moins effrontés. Dans de vastes places, ou dans des tréfonds de couloirs, les cons testent (sans conteste) notre patience. Ils nous usent et nous abusent, les faux cons nous prennent même pour des buses.

Il faudrait que je me calme, avec mes expressions d’un autre temps. Soit, je conçois qu’on soit con. Et mes jeux de mots laids ! Ça vous fait une belle jambe ! Ça y est, je recommence…

Nez en moins, bon pied, bon œil. Le con est toujours en forme. Con vaincu, con battu, mais aussi con battant et con vainquant. Je vous le dit, ils sont partout ! Et pendant ce temps, je rime et je contrepète dans ce tréfonds de couloir, jusqu’à ce qu’il devienne un très con défouloir.

« Pour le con fort,
Le con se noie dans le décor.
Allô, le con sort,
Soit le con s’tate, soit le con dort […]

Ma fille, oui, je te le confesse
Les cons ont notre adresse,
Les cons ont notre adresse.
Quoi que je fis, quoi que je fasse,
Y’a toujours un con qui passe
Toujours un con qui dépasse.
 »

Je vous laisse apprécier les paroles et la musique de « Ma Tendre S » de Gaël Duro, extrait de son premier album solo « Tu vois le tableau ».

Kenaciao !

MF

Chroniques du Bout du Monde…

Depuis sa première édition en août 2000, le festival du Bout du Monde est maintenant ancré dans la vie culturelle bretonne. Quinze années de voyage à travers les différentes cultures musicales de la planète. Quinze années de concerts d’exception et d’incroyables découvertes : du rock new-wave de Bashung aux percussions japonaises de Gocoo, en passant par les rythmes endiablés du Mali ou de la Colombie. Mais surtout, quinze années d’une ambiance chaleureuse et familiale, au cœur de cette ultime péninsule du Finistère.

bdm2015-lumières1

Le jeune reggaeman normand Naâman figurait parmi mes coups de coeur 2014. Cette 16ème édition du Bout du Monde fut encore une fois riche en belles découvertes et en confirmations. Chroniques…

 

Vendredi 31 juillet

Habitant le Port de Co’, la traversée de la rade de Brest en bateau est la meilleure solution pour rejoindre la capitale de la world-music durant ce week-end estival. Le coup d’envoi des festivités fut, pour le plus grand bonheur des premiers festivaliers présents sur le site, très local avec The Celtic Social Club, suivi d’une prestation remarquable de Krismenn. Le chanteur issu de la Kreiz-Breizh Akademi 1 était accompagné du vice-champion du monde de human beatbox Alem, de la chanteuse Parveen et du beatboxer indien Ilyas Khan, au sein d’un quartet vocal complètement décoiffant. L’un des meilleurs concerts de la journée !

Cette journée de vendredi était placée sous le signe de la jeunesse : le soul nigérian d’Asa d’un côté, et la fougue afro-électro néerlandaise de Jungle By Night de l’autre. Mais la véritable belle découverte était ibère (on avait bien dit qu’ibère gagne !) : Lire la suite

En vacances, en campagne

Après les élections départementales du mois de mars (Quand le faux-départ te ment), les régionales vont se dérouler en décembre 2015, comme un cadeau de Noël avant l’heure… Et je ne vous raconte pas le bazar ! … Allez, si, je vous raconte ! Suivez-moi !

Cette fois-ci, ce ne seront pas des binômes homme-femme qu’il faudra élire, mais des listes, qui comporteront autant d’hommes que de femmes. C’est super-tendance la parité homme-femme maintenant pendant les élections. Sur 100 conseillers départementaux élus en mars, 50 mecs, 50 nanas. Kif-kif (bourricots). Et sur 98 Présidents de Conseils Départementaux… 8 femmes élues. La parité, qu’ils disaient. Ça donne envie de continuer à leur faire confiance.

Des listes du coup pour les régionales, des nouvelles régions (sauf pour la Bretagne qui est toujours coupée en deux, bien sûr), et… un nombre de sièges impair dans certaines régions. Par exemple, il y aura 83 conseillers régionaux bretons (41 hommes, 41 femmes et 1 trans si on veut faire ça dans les règles de l’art). Ajoutez à cela un peu de proportionnel, la prise en compte des votes blancs, la montée du FN, des fusions possibles entre les listes, quelques histoires de sous, des candidats rattrapés par leurs problèmes judiciaires. Mélangez le tout et laissez mijoter à feu doux jusqu’à décembre : bienvenue en démocratie.

Pendant ce temps, aux Etats-Unis, les élections présidentielles de 2016 se préparent aussi. Hillary Clinton vient de se déclarer candidate à la succession de Barack Obama. Du coup, elle cherche des sous et son équipe a lancé une grande campagne de souscription. D’ailleurs, Hillary, si tu me lis, la première chose que je te souhaite quand tu auras récolté un peu d’argent, c’est de demander à une vraie agence de com de te faire un vrai logo de campagne…

Hillary-Logo-Video

C’est pas qu’il soit dégueulasse ton logo, Hillary, mais bon…

Et ça m’a donné une idée. Lire la suite

Degemer mat !

Ceci est un message à mes lecteurs, aux initiés et aux nouveaux venus. De la première heure, ou curieux de passage. Malins resquilleurs, embrouilleurs de barrages. Salut, bienvenue à bord !

Je suis Mattéo. Je suis Charlie aussi. Mais les gens m’appellent Mattéo. Mattéo Fonzatti. Enchanté. Degemer mat ! A défaut d’être dresseur de loulous, je suis au moins dynamiteur d’aqueducs. Même si on ne m’a jamais vu dans le Vercors, sauter à l’élastique. J’y suis passé pourtant, tout de suite en quittant l’Italie. Mais c’est en Bretagne que je me suis établi.

Ici, au fil des mots, je décline coups de cœur et coups de sang. Ce que j’aime, c’est ça, c’est ça, c’est ça qu’on aime vivre avec. Ce que j’aime moins, devenir styliste mais pour Eddy Mitchell, conjuguer bouillir au subjonctif pluriel, et faire les courses le samedi d’avant Noël… Je me révolte contre ceux qui nous gouvernent, et ceux qui le voudraient. Alors engageons-nous dans la résistance, donnons-nous encore une chance. Invoquons le droit d’ingérence. Rentrons en guerre d’indépendance !

Je vous livre aussi une partie de mon existence. Ce que je suis. Aet eo d’ar broioù pell, d’ur vro n’an’vezan ket. Aet eo d’ar broioù pell da c’hounit e vara. Kollet, kollet un deiz, an hini a garan. Ce que je pense. Que restera-t-il de ma course autour du Soleil. Que restera-t-il de toutes mes nuits sans sommeil. Que restera-t-il de moi ? Et même si on ne change pas (on met juste les costumes d’autres sur soi), je continuerai, malgré la pluie, glav, glav, glav. Vive ma liberté !

Je m’inspire librement de mes « idoles ». Bashung, Dion, Zebra, Servat, Oldelaf, Korbell, Soldat, Stivell, Hallyday, Miossec. Les lignes en italique sont leurs paroles. C’est bien d’hommage.

N’eo ket echu ! C’est pas fini ! (On vient à peine de commencer…) Bon voyage !

Kenaciao !

MF

Vous frappez à la bonne porte

Vous aimez la Bretagne ? C’est bien. Vous aimez aussi voyager un peu partout ? C’est bien aussi. Maintenant, est-ce que vous êtes un amateur de photographies et de découvertes ? Hum ? Si c’est le cas, alors vous frappez à la bonne porte. « Mon cybercarnet » devrait vous plaire !

heurtoirdeportemilanais

Laissez-vous guider de la Pointe-Saint-Matthieu à l’extrême-Ouest du Finistère, jusqu’aux falaises corses, en passant par le Calvados et les Hautes-Alpes.

Et vous aurez du goût à admirer des photos de cadrans solaires et de heurtoirs de portes en tous genres. Un vrai travail de passionné !

Allez, je vous laisse découvrir tout ça, on frappe à ma porte. Kenaciao !

MF