Rêve d’horizon

bonneannee2017

Une nouvelle année se profile à l’horizon.

Dans mes vœux du 1er janvier 2016, j’avais ressorti la chanson « Alzheimer » interprétée 12 ans plus tôt par Matmatah. Je n’aurais jamais imaginé que ces paroles auraient autant pu prendre écho tout au long de l’année. Les guerres et attentats ont secoué le monde chaque jour. « Parce qu’aujourd’hui la folie se doit d’être expéditive. » Les discours extrémistes ont encore gagné en intensité, et de nouveaux dirigeants ont été élus. « La meilleure façon de gagner du fric, c’est à l’intox. La décadence d’une Amérique, à contempler sur Fox. » Et en étant pessimiste, on pourrait même craindre que ça continue… « Avec la peur comme exutoire à l’ignorance. Alzheimer en prof d’histoire de nos enfances. »

L’un des points positifs que j’en ressors toutefois, c’est que Matmatah a choisi 2016 pour annoncer son retour.

Mais regardons maintenant vers l’avant.

« Je vis sur la route, derrière moi le passé.
Je passe entre les gouttes, je n’suis pas pressé. 
Qu’ai-je fait de mes rêves ? Où les avais-je laissé ?
Dans le vent qui siffle, j’entends les hommes hurler.
J’avance jusqu’à l’ivresse. »

Prenons nos plumes. Traçons nos routes. Ouvrons nos fenêtres. Volons vers nos horizons. « J’avance jusqu’à l’ivresse… »

Que cette année 2017 soit la plus belle possible pour vous et vos proches. Ayez toujours un horizon devant vous. Et avancez. Je vous souhaite de la réussite personnelle et professionnelle. Et surtout plein de nouveaux horizons.

Bloavezh mat !

MF

 

[RÉTROSPECTIVE] L’année 2016 en 16 tweets

Publicités

Bon an, mal an

brest-bonne-annee-2016

« Bonne année ! » « Et surtout bonne santé, parce que c’est important la santé ! » 1er janvier 2016. Partout. Tout le monde. Les vœux tombent. Et c’est pas fini, parce que la tradition veut qu’on en ait le droit jusqu’à la fin du mois. En ce qui me concerne, à l’instant où vous lisez ces lignes, ces vœux ont déjà été écrits il y a plusieurs heures (voire plusieurs jours, ça dépend surtout de vous, en fait…) Au moment où ces vœux sont publiés sur mon site, je dois être quelque part (je ne sais où), en mode « réveillon » ou en mode « pas-réveillé »… Ô joie des publications WordPress automatisés ! Ô tristesse de ce monde réglé, sans spontanéité !

Manque de spontanéité, car je ne suis pas voyant (peut-être quand même extra-lucide), mais je peux vous donner le contenu des meilleurs vœux de nos chers politiques sans les avoir vus ! Chez nos amis Mélenchon, Hollande, Sarko, Le Pen (quarté dans le désordre) Bayrou (pour avoir le quinté) Valls et Juppé (en cas de non-partant)… J’aurais pu citer un écolo aussi, mais un 1er janvier au petit matin, en reste-t-il seulement, un dernier vert ? Flûte ! (haha !) Bref, tous nos amis nous souhaiteront surement « une belle année 2016, qui sera importante pour nous tous… » (Oui, comme tous les ans…) Et surtout… « Surtout une belle année 2016 qui sera la dernière ligne droite avant les enjeux majeurs de 2017 ! » Ça y est ! C’est balancé ! 2016 débute à peine, et je suis prêt à parier que nombreux sont ceux qui se voient déjà en 2017.

L’année passée aura connu une atmosphère assez particulière. Montée du terrorisme, adhésion massive aux idées des extrémismes, et pour clôturer le tout, un nouveau débat sur la déchéance de nationalité… Les terroristes français seraient « favorisés » par rapport aux terroristes binationaux ? Un terroriste n’est-il pas un monstre ? Et un monstre a-t-il besoin de revendiquer une nationalité ? Beaucoup de questions se posent et le malaise se ressent chez les personnes ayant la double nationalité, ainsi qu’à l’étranger (Ave Italia !)…

Beaucoup de questions…

Énormément de questions sans réponse, en 2015 ! Jusqu’où peut-on caricaturer sans danger ? Est-ce que Jon Snow reviendra ? La crêpe de blé noir de Basse-Bretagne est-elle meilleure que la galette de Haute-Bretagne ? (Ici, la réponse est clairement oui.) Où est Charlie ? Doit-on dire « pain au chocolat » ou « chocolatine » ? Doit-on écrire « autant pour moi » ou « au temps pour moi » ? Un mi-grand est-il plus petit qu’un autochtone ? Lire la suite