Se soustraire aux addictions

Mattéo Fonzatti est un homme libre. Ou, du moins, c’est un homme libéré.

          « Je joue avec le feu. Qui le premier fera ses adieux ? » – Merzhin, La Rue Calumet

La clope aurait pu me griller, me laisser mort sur le bord de la route. J’en ai décidé autrement. C’est ma toute dernière victoire à ce jour.

Mon souffle avait diminué ces dernières années, mais, dans mon orgueil, je refusais de m’en rendre compte. Je ne voulais pas accepter cette évidence. Après m’être battu si longtemps, je n’arrivais pas à concevoir que quelqu’un puisse se dresser devant moi sans plier. Ce dieu Tabac, qui a soumis tellement d’hommes, m’avait eu moi aussi.

          « Je déchire notre amour de papier et j’écrase notre amour mal consumé » – Merzhin, La Rue Calumet

Pour s’arrêter, il faut la volonté. On l’entend dire assez souvent. Mais c’est faux. Pour se sevrer, pour abandonner la clope, il faut bien plus que de la volonté. Sinon, on se fait bouffer ; elle reviendra à la charge. Il faut avoir une haine dans les veines, une certaine rage même… Je suis enragé, j’ai vaincu.

En 2006, dans son album Pieds nus sur la braise, le groupe breton Merzhin a décrit cet « amour mal consumé ». Mais là, c’est la clope qui a le dernier mot, laissant à l’homme les derniers maux…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s